TÉLÉCHARGER DECOR EGGER GRATUIT

D autre part, l histoire mondiale de l art peut désigner une approche différente mais certains conservateurs et historiens de l art en Europe centrale contribuèrent en effet, Thomas DaCosta Kaufmann, Toward a Geography of Art, Chicago. Fast and reliable shipping. Menu inferior Voltar para o topo. Sciences de la Renaissance - data.

Nom:decor egger
Format:Fichier D’archive
Système d’exploitation:Windows, Mac, Android, iOS
Licence:Usage Personnel Seulement
Taille:47.6 MBytes



Quoi qu'on ait dit, Balanée n'a jamais battu monnaie avant le règne d'Antoine en Syrie 4. Elle a inauguré son monnayage par une émission en trois modules 5 , dont le plus grand porte seul l'effigie du triumvir. Ces monnaies sont rares et généralement mal conservées.

Les pièces où l'on a cru la discerner appartiennent à Adana de Cilicie, et se lisent en réalité AAANEON : l'une d'elles, publiée par Mion- net W, a donné lieu à diverses spéculations par les sigles qui s'y lisaient aussi, et qui désormais ne sauraient intéresser la chronologie de Balanée. Cette émission, et le privilège qu'elle manifeste, peuvent cependant être datés.

Des monnaies frappées par la ville à l'effigie de Macrin et d'Élagabale portent une même date 8 , celle de l'an Les circonstances de cette faveur ne sont pas difficiles à deviner. Strabon W place catégoriquement Balanée dans la pérée des Aradiens.

Or Antoine eut avec ceux-ci de graves difficultés 3 , et il ne paraît pas douteux que les privilèges accordés par lui à la petite ville ne l'aient été au détriment de la grande. C'est en 38 qu'Aradus se soumit, et c'est en 37 qu'apparaissent les privilèges de Balanée et l'ère qui les commémore.

On attribue au règne d'Auguste deux émissions 4 , datées respectivement de 50 et de 59, où l'effigie n'est accompagnée d'aucune légende. La première représente une physionomie idéalisée, mais facile à identifier, d'Auguste, avec la tête nue. Cette image ressemble fort à celle que Gabala, la plus proche voisine de Balanée, a placée sur ses monnaies en après Jésus-Christ : comme l'a bien montré M.

Grant 5 , il s'agit là d'une émission commemorative, frappée en cette année par diverses villes à la mémoire du fondateur de l'empire. Or on attribuera difficilement au hasard le fait que la cinquantième année de l'ère de Balanée, telle que nous venons de la déterminer, réponde justement à Nous regardons, par conséquent, cette première émission comme fixée.

Mais que faire de la seconde, frappée neuf ans plus tard? Son effigie rappelle celle de la première, mais elle est plus dure, moins idéalisée, le crâne est plus carré.

A moins d'admettre que l'on ait encore frappé à l'effigie d'Auguste neuf ans après sa mort, ou d'avoir à supposer une autre ère 24 SYRIA dont il n'y a pas de traces 1 , je crois qu'il faut reconnaître ici une effigie de Tibère, tel qu'on dut se le figurer à Balanée : sa ressemblance est au moins égale à celle de Claude sur les monnaies de Gabala.

L'émission tomberait en L'ère de Balanée fut éclipsée lorsque l'empereur Clailde fonda la ville à nouveau, sous le nom de Claudia Leucas. Une ère fut alors inaugurée, dont l'année 1 est inscrite sur quelques pièces 2. Son époque a été fixée par Rouvier 3 à l'an 48 après Jésus-Christ, sur le raisonnement suivant.

L'ère claudienne de Leucas est employée sur les monnaies de cette ville à l'effigie de Domitien an 43 et de Trajan an Or les pièces de Trajan portent tantôt dans leur légende le titre de Dacicus, et tantôt l'omettent. Les pièces sur lesquelles il est omis sont fréquemment pourvues d'une contremarque AAK, destinée à le rajouter.

L'an 55, auquel appartiennent toutes ces monnaies est donc celui où Trajan a reçu le titre en question, lequel, on le sait par ailleurs, est de décembre Il s'ensuit que l'époque de l'ère tombe en On se bornera donc à dire, pour l'instant, que l'époque de l'ère vient entre d'après le titre de Dacicus et d'après la mort de Domitien et celle de Claude.

L'ère claudienne de Leucas tomba dans l'oubli à son tour, après le règne de Trajan mais avant celui de Commode, où réapparaît l'ère antonienne. Le nom de Claudia disparut en même temps : tel fut souvent le sort des surnoms dynastiques t5. Les pièces attribuées à Epiphanie de Syrie 3 comprennent deux émissions datées, où sont inscrites les années 99, et probablement La première comprend deux modules : le plus grand porte la tête de Tibère?

Ces deux derniers types ornent aussi l'émission dont la date paraît se lire En outre, il existe des émissions non datées, qui combinent également les types de Tyché et de Zeus Olympien, sauf l'une d'entre elles, où l'on voit un buste d'Athéna et une image d'Apollon debout, appuyé à une colonnette.

Tous ces types sont trop banals pour servir à une discrimination : on observera seulement que le moins banal, celui d'Apollon appuyé à une colon- nette, se retrouve sur les monnaies impériales d'Epiphanie de Cilicie 6.

Mais c'est sur un détail technique que nous voudrions fonder nos présomptions. Les villes hellénistiques de Syrie observent des traditions étroites en ces matières, leurs dates occupent des places consacrées, et je ne me souviens pas d'en avoir jamais vu qui fussent inscrites de cette façon. Or il se trouve qu'un type identique, et une date inscrite à une place identique, se trouvent à la même époque à Alexandrie d'Issus 1 , l'actuelle Alexandrette, qui est la voisine immédiate d'Epiphanie de Cilicie.

Cette constatation paraît décisive, et les personnes habituées à manier des monnaies syriennes trouveront encore à l'appuyer par des arguments tirés du buste de Tyché : ce n'est pas aux bustes des monnaies syriennes que celui-ci se laisse comparer dans le détail, et notamment dans le traitement du voile sur la nuque; c'est aux monnaies d'Aegeae, de Mopsus, de Soles et de Tarse 2.

Ces petits détails, insignifiants en eux-mêmes, trahissent la main de l'artisan, ou ses modèles immédiats. Ils montrent, dans le cas présent, que les monnaies d'Epiphanie n'appartiennent pas à la Syrie mais à la Cilicie. Elles s'y encadrent d'ailleurs fort bien : leurs dates sont très acceptables si on les compte sur une ère pompéienne, comme en ont eu beaucoup de villes de cette province; et Epiphanie de Cilicie, à qui l'on ne reconnaissait jusqu'ici qu'un monnayage impérial, se trouvera pourvue désormais d'un monnayage un peu plus ancien.

Laodicée Comme toutes les villes sujettes des rois de Syrie, Laodicée a commencé par user de l'ère des Séleucides.

Elle n'a reçu la liberté et n'a inauguré son ère propre qu'au début du Ier siècle avant Jésus-Christ. Avant de préciser la date et les circonstances de cet événement, il faut dire un mot de l'ère césarienne, à laquelle la ville s'est conformée par la suite. L'ère césarienne de Laodicée et son époque sont très exactement connues, ne fût-ce que par une inscription de , où cette ère est employée en même temps que les noms des consuls 3. L'ère césarienne de Laodicée remonte fictivement, comme les autres ères syriennes, au début de l'année macédonienne au cours de laquelle elle a été instaurée, c'est-à-dire à l'automne de Son application pratique, cependant, ne remonte sans doute qu'à l'entrée en vigueur des privilèges qu'elle commémore, c'est-à-dire à l'été de 47, date de la visite de César en Syrie.

Comme Laodicée a battu monnaie sans interruption dans les années 30, 31, 32, 33 et 34 de cette ère, puis dans les années 1, 2, 3, 4 et 5 de l'ère césarienne, il n'y a pas d'apparence qu'une année sans monnaies doive être supposée à la suture des deux ères.

On hésitera seulement si l'an 34 de la liberté coïncide avec l'an 1 de Julia Laodicea, ou s'il le précède immédiatement. Cette question n'est pas susceptible d'une solution catégorique. J'inclinerais cependant à croire que les deux années coïncident, car l'an 34 de la liberté n'est connu par aucune monnaie d'argent, et ses rares monnaies de bronze ne peuvent représenter le contingent d'une année nor- 20 28 SYRIA male : on y reconnaîtra volontiers les émissions du début de l'année, qui se sera transformée ensuite en première année césarienne avant J.

Si ce raisonnement a quelque valeur, l'ère de la liberté aura son époque en avant Jésus-Christ; si l'on préfère l'autre solution, l'on adoptera De toute manière, la date de 81 est significative. Elle montre que Laodicée dut sa liberté à Tigrane. On a vu, plus haut3 qu'Apamée s'était pour le moins accom- modée du nouveau régime ; on verra plus loin que Béryte avait agi de même ; et l'on voit pour l'instant que Laodicée, elle aussi, tigranisait. Le texte de Justin s'en trouve fort accrédité.

On allègue, il est vrai, que Laodicée n'aurait dû qu'à sa propre hardiesse, et au désordre du gouvernement, les privilèges dont on la voit tout à coup se targuer 4. Mais rien n'indique que Tigrane, au début de son règne, manquât d'autorité au point qu'une ville sujette pût s'arroger l'autonomie.

Il est certainement plus probable de croire que les franchises de Laodicée lui furent accordées en bonne forme par le roi. Or celui-ci, on va le voir, avait d'excellentes raisons pour les lui donner. Séleucie de Piérie, on l'a dit plus haut, venait de déclarer à Tigrane son irréductible hostilité. Par suite de la clôture qu'elle choisissait ainsi de s'imposer, elle privait Antioche, et sans doute une grande partie de la Syrie du Nord, de son principal port de mer.

Il paraît clair qu'Antioche et la Syrie du Nord éprouvèrent une urgente nécessité de remplacer le port de mer qui leur manquait, et que Laodicée prit sans retard le rôle abandonné par Séleucie. Il est normal qu'elle ait obtenu pour cela les privilèges de sa rivale.

Tel fut, probablement, le marché de Tigrane avec Laodicée. L'ère de la liberté de Laodicée fut suivie en 48, comme nous l'avons vu, par une ère césarienne. Si bien connue que soit cette dernière, nous nous y arrêterons un instant, pour y rattacher une monnaie qui en a été tenue à l'écart jusqu'ici, et qui s'explique à notre avis par une circonstance historique curieuse. C'est une pièce très fréquente 4 , ornée d'un buste de Tyché et d'une figure de la Victoire.

Mais ces monnaies anciennes 1 , qui remontent aux règnes d'Antiochus IV et d'Alexandre Ier, se distinguent par un style très différent, et par la présence d'un iota adscrit, qui fait ici défaut. De plus, elles ne sont pas datées, alors que notre monnaie porte la lettre Z, c'est-à-dire le chiffre 7, à l'endroit invariablement réservé aux dates. La septième année césarienne avant J. A la fin de 44, semble-t-il en effet, ou au début de 43, C.

Cassius, le meurtrier de César, avait mis le siège devant Laodicée, où s'était enfermé Dolabella. Le siège dura jusque dans l'été de 43 ; Dolabella, réduit au désespoir, se tua, et la ville tomba au pouvoir de Cassius, qui la saccagea et lui imposa une contribution 3. Ces événements ont laissé leur trace dans la numismatique de Laodicée, où les émissions de tétradrachmes et de bronzes, qui formaient une suite ininterrompue depuis , s'arrêtent tout à coup en Aucune monnaie de 6e année césarienne n'a été trouvée jusqu'ici.

Outre l'ère des Séleucides, l'ère de la liberté et l'ère césarienne, les monuments de Laodicée usent parfois d'autres ères encore. Les deux ères employées ici par courtoisie sont nommées en tête, et l'ère véritablement utilisée par la ville vient la dernière.

Une ère nouvelle fut encore inaugurée lorsque la ville reçut de Septime- Sévère, en , après la défaite de Pescennius Niger, le titre de métropole.

Sans doute cette ère n'est-elle pas distincte de l'ère de la colonie, mentionnée sur un 32 SYRIA autre poids W : é'rou? Elle ne dut pas être fort populaire, car elle ne figure pas dans l'inscription de C'est l'ère césarienne de 48 qui resta toujours la véritable ère de la ville.

Rhosos Les plus anciennes monnaies de Rhosos ne portent pas de dates, et donnent à la cité les titres de Upx y. Puis vient une émission datée de l'an 6, où la ville reçoit en outre le titre d'autonome 3. Ce très bref monnayage pré-impérial suffit à montrer que l'ère de Rhosos est une ère de la liberté de la ville.

L'époque de l'ère de Rhosos peut être exactement fixée à l'aide des documents dont nous disposons, mais les arguments par lesquels Macdonald a cru jadis y parvenir 4 ne sauraient plus entraîner la conviction. Macdonald s'appuyait sur deux monnaies, dont l'une associe la date de au portrait de Commode, et dont l'autre associe la date de au portrait de Caracalla.

Mais avant de discuter ce point, il convient de mentionner encore quelques pièces inédites. En confrontant ces pièces avec la monnaie de Caracalla, on déduira facilement que l'époque de l'ère ne saurait être postérieure à 40 avant Jésus-Christ, ce qui mettrait la monnaie de Caracalla en après Jésus-Christ, date de sa mort; ni antérieure à 46 avant Jésus Christ, ce qui mettrait celle de Claude en et celle de Caracalla en après Jésus-Christ, c'est-à-dire, dans les deux cas, à l'avènement de ces princes.

Mais ces limites peuvent encore être rétrécies grâce à une monnaie aujourd'hui égarée, qui appartenait à Osman Noury, et dont il existe encore un moulage au musée de Berlin. C'est une pièce à l'effigie de Trajan, dont le revers, orné d'un buste divin difficile à identifier, porte la date de l'an On calculera sans peine que cette date ne saurait entrer dans le règne de Trajan, et respecter en même temps les limites rigoureusement imposées par les monnaies de Claude et de Caracalla, que si on la compte sur une ère dont l'époque tomberait en 42, en 41 ou en 40 avant Jésus-Christ.

Il y a lieu maintenant de voir comment se comportent, dans ce cadre, les monnaies de Commode : à celle qu'a lue Macdonald s'en ajoute une inédite, entrée récemment au Cabinet de France.

Ces monnaies semblent bien former la clé de voûte de notre raisonnement. Que signifient ces revers? Je crois qu'ils s'expliqueront harmonieusement si l'on y voit une façon de célébrer les noces de Commode et de Cris- pine. Le buste imberbe du jeune prince, le buste de la nouvelle impératrice dans le croissant, l'image d'Aphrodite se mirant, sont des éléments convenables à une émission de ce genre.

TÉLÉCHARGER MAXTHON N 3 GRATUIT GRATUIT

Dépenses imprévisibles et urgentes approuvées par le Conseil général

.

TÉLÉCHARGER HAND OF GOD I DOSER GRATUIT

Chêne Whiteriver cérusé sable

.

Similaire